Un allégement des règles du télétravail à compter du 9 juin


A partir du 9 juin, le monde professionnel en entreprise verra un allégement des règles du télétravail s’opérer. Une phase qui a demandé une concertation entre différents partis : le parlement, les partenaires sociaux et des professionnels des secteurs concernés. En effet, les dispositions actuelles en vigueur depuis le 30 octobre provoquaient chez certains une détresse psychologique. Le retour au bureau pourrait être un moyen de la contrer.


Une mise en place préparée via une concertation nationale

Le gouvernement a procédé à une concertation tripartite afin de garantir l’acceptation et la protection de tous. Au cours d’une dizaine de jours, le parlement a échangé avec des membres de représentation du personnel. En effet, les partenaires sociaux restent en première ligne pour assurer aux salariés un retour en toute sécurité. Afin de ne mettre personne de côté, des professionnels des secteurs concernés par cette reprise ont également été conviés à cette concertation. Les directions d’entreprises ont ainsi pu être écoutées quant à leurs attentes face à cet allègement des règles du télétravail. Le bouleversement de mode de travail engendré par la crise sanitaire reste l’une des préoccupations prioritaires des directions de ressources humaines. L’allègement prévu le 9 juin interdit les employeurs de contraindre les salariés à un retour en présentiel à temps plein. Le nouveau protocole conseille une reprise sur la base de 3 jours par semaine.



Les dispositions actuelles liées au télétravail

Depuis le 30 octobre, le télétravail à temps plein est devenu une règle nationale. A partir du moment où les salariés et collaborateurs peuvent effectuer leurs tâches à distance, il est fortement recommandé de le faire au maximum. Un léger assouplissement avait été joint aux dispositions pour contrer certains maux. En effet, le gouvernement annonçait alors qu’il était possible de se rendre au bureau à raison d’une journée par semaine. Ce principe n’était pas obligatoire, mais basé uniquement sur le volontariat en accord avec l’employeur afin de réguler les places disponibles. De nombreuses entreprises ont de ce fait eu recours à ce retour d’une journée hebdomadaire en présentiel.



La détresse psychologique engendrée par le travail à distance

Si le travail à la maison a été apprécié par une majorité de la population, il ne faut pas mettre de côté ceux qui se sont sentis trop isolés pendant cette période. La qualité de vie au travail représente également une source d’équilibre pour ceux qui éprouvent un besoin de vie sociale liée à leur vie professionnelle. Les psychologues du travail ont décelé une certaine détresse de la part de ceux qui perdaient le sentiment d’appartenance à une équipe au travail en raison de la distance forcée. Il en a été de même de la part des directions qui éprouvaient le besoin de réunir leurs équipes en visioconférence de façon régulière.

L’assouplissement des règles sanitaires liées aux commerces et notamment aux restaurants a provoqué une sorte de bulle d’air chez les Français. Du côté du monde du travail en entreprise, il y a fort à parier qu’un retour progressif au bureau apparaîtra comme un soulagement tant du côté des salariés que des directions. Le tout est de le faire de manière progressive comme le prévoit le nouveau protocole.


Trouvez l’expert le plus proche de chez vous pour vous accompagner.

Nos lecteurs aiment aussi

Les facteurs influant le montant des cotisations d’assurance maladie

Le montant des cotisations assurance maladie peut être fixé à partir des éléments touchant l’assuré. Ces derniers sont donc à […]

Un allégement des règles du télétravail à compter du 9 juin

A partir du 9 juin, le monde professionnel en entreprise verra un allégement des règles du télétravail s’opérer. Une phase […]

Demandes de rachat de trimestres de retraite : le barème 2021

Le rachat de trimestres supplémentaires est un moyen très efficace et fiscalement avantageux pour prendre le contrôle de la date […]