À la demande du Premier Ministre le 14 août dernier, le Conseil d’Orientation des Retraites (COR) a étudié de nouveau la situation financière du système de retraite français. Rappelons que cet examen a été suspendu le 17 mars dernier à cause du confinement lié à la crise sanitaire du Covid-19. Le COR devait rendre un rapport détaillé sur les effets des structurations éventuelles à l’horizon 2030.

Un déficit important en 2020, mais plus faible que les dernières prévisions

Le COR parle d’un déficit de 25,4 milliards d’euros en 2020 dans la note d’étape présentée au Premier Ministre. Si, aux premiers abords, ce chiffre est élevé, il est plus faible que le déficit annoncé en juin 2020. Cependant, il est impressionnant par rapport au déficit de l’année 2019 qui était de 1,9 milliard d’euros. Le Premier Ministre a demandé cette analyse afin de connaitre la situation financière du système de retraite et les effets des nouvelles dispositions adoptées vers 2030.

Les résultats de cette étude devraient aider l’organe exécutif à instaurer de nouvelles mesures au cours des prochains mois pour améliorer la situation : il pourrait alors imposer un nouveau recul de l’âge de départ à la retraite ou encore rallonger la durée de cotisation permettant de liquider ses droits et percevoir une retraite à taux plein.

Des prévisions basées sur les données actuelles

Le COR a travaillé sur les données émises dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour l’année 2021 et les informations collectées auprès des principaux régimes de retraite complémentaires, incluant des projections à l’horizon 2024. Selon ces chiffres, le montant total des ressources en 2020 seraient de 311,1 milliards d’euros en 2020, soit une baisse de 5 % par rapport à l’année 2019 (328,7 milliards d’euros). Cette baisse découlerait d’une réduction de 8,4 % de la masse salariale du secteur privé à cause de la montée en force de l’activité à temps partiel. Par ailleurs, la crise a entrainé une baisse de l’emploi et les reports de paiement des cotisations.

Si les ressources ont diminué, la réduction des dépenses n’a pas suffi pour compenser l’écart. D’abord parce que le taux de mortalité des retraités reste faible, malgré le contexte sanitaire. Ensuite, parce que la crise n’a pas réellement impacté les pensions de retraite. Si les salaires ont diminué, ce n’est pas le cas pour ces prestations de remplacement. Le COR indique que les dépenses du système de retraite atteindront 336,5 milliards d’euros en 2020, soit une augmentation de 1,8 % comparé à l’année 2019.

Toujours dans le cadre de cette analyse, le COR a effectué des projections à l’horizon 2024, en supposant qu’à ce moment-là, la croissance atteindrait à nouveau la situation attendue avant que la crise ne survienne. Hormis que le PIB sera inférieur aux prévisions annoncées avant le Covid-19 : ainsi, la part de dépenses des retraites dans le PIB augmentera et s’élèvera à 14 % en 2024. Bientôt, le COR va présenter son rapport annuel, avec les résultats de son analyse et des projections réalisées jusqu’en 2070. Ces informations devraient aider le gouvernement à prendre des décisions judicieuses afin de rétablir l’équilibre financier du système de retraite.

 

Trouvez l’expert le plus proche de chez vous pour vous accompagner.