Après les premières rencontres de la mi-juillet, le Premier ministre, Jean Castex, recevait à Matignon le vendredi 17 juillet, syndicats et patronat pour une « conférence du dialogue social ». L’objectif de la rencontre était d’établir une méthode et un calendrier de discussions et de concertations sur l’ensemble des sujets à venir.

Une « nouvelle méthode » concernant le dossier des retraites

Le Premier Ministre a assuré que la réforme des retraites serait maintenue, tout en promettant « une nouvelle méthode » qui distinguerait « très clairement le caractère structurel de cette réforme qui vise à plus de justice » et ses éléments financiers.

Toutefois, Jean Castex a annoncé un report de la concertation dans les mois à venir afin d’en améliorer le contenu et d’assurer une meilleure lisibilité de la réforme par les Français.

« Nous continuons de croire que le système universel de retraite serait plus juste, mais ce n’est pas la priorité. Le report de la concertation permettra de ne pas acter des décisions dans la précipitation et de se laisser le temps du diagnostic pour voir comment auront été géré les enjeux de lutte contre le chômage, de maintien de l’emploi, de lutte contre la paupérisation, avec une priorité mise en direction des jeunes », a déclaré Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT.

François Asselin, président de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME), affirme avoir été rassuré par le Premier Ministre concernant la distinction entre les actions conjoncturelles et structurelles, dans un contexte particulier de crise sanitaire qui a bouleversé les schémas d’équilibre financier.

1er janvier 2021, entrée en vigueur de la réforme de l’assurance

Initialement fixée au 1er avril 2020, l’entrée en vigueur du second volet de la réforme de l’assurance-chômage, avait été repoussée au 1er septembre, du fait des conséquences économiques de la Covid-19.

Toutefois, en raison du contexte, et malgré les réclamations des syndicats pour l’abandonner, elle fait l’objet d’un nouveau report au 1er janvier 2021.

Selon Force Ouvrière et la CFDT, l’ensemble de la réforme de l’assurance-chômage est concerné par ce report. Ainsi, les mesures déjà effectives au 1er novembre 2019 seraient, selon leurs déclarations, également suspendues. Mais pour l’heure, le Gouvernement n’a pas confirmé cette annonce.

Pour rappel, la deuxième étape de la réforme de l’assurance-chômage prévoit un changement du mode de calcul des indemnités chômage et une évolution de la période prise en compte pour le calcul du Salaire Journalier de Référence (SJR). Les travailleurs les plus précaires dont notamment ceux ayant exercé une activité discontinue pendant la période d’affiliation devraient être les plus impactés par ce changement, car ces derniers bénéficieront d’une durée d’indemnisation plus longue au détriment d’une allocation chômage mensuelle d’un montant plus faible.

« C’est une satisfaction pour que les chômeurs ne soient pas touchés début septembre par ces mesures que nous avions toujours qualifiées d’injustes », a déclaré Laurent Berger.

L’emploi, une priorité

À l’issue de la réunion, Jean Castex s’est félicité de la qualité du dialogue et de l’avancée des discussions avec les partenaires sociaux.

Il a indiqué que la priorité serait donnée à la lutte contre la crise, l’emploi, la lutte contre le chômage et les voies et moyens de retrouver le plus vite possible les voies de la croissance économique. En ajoutant qu’un calendrier exigeant avait été mis en place autour de la question de l’emploi des jeunes et du plan de relance

Le Chef du Gouvernement, a annoncé une nouvelle conférence du dialogue social pour le mois d’octobre avec les syndicats et le patronat.

Trouvez l’expert le plus proche de chez vous pour vous accompagner.