Le mercredi 15 avril 2020, le deuxième Projet de Loi de Finances Rectificatives (PLFR) a été adopté en Conseil des Ministres. Revenons sur les mesures qu’il contient concernant cette aide exceptionnelle allouée aux familles modestes et aux personnels soignants.

Quatre millions de foyers modestes

Le 13 avril, le Président de la République avait d’ores et déjà annoncé que les familles les plus modestes bénéficieraient d’une aide exceptionnelle de la part du Gouvernement.

C’est le 15 mai que cette aide sera versée à hauteur de :

  • 150 € pour les allocataires du RSA et de l’ASS en plus de 100 € par enfant
  • 100 € par enfants pour les ménages bénéficiant des APL, mais non éligibles au RSA

Ce sont donc environ quatre millions de foyers qui toucheront ces aides sans aucune démarche à entamer de leur part. La valeur totale de cette aide est évaluée à 900 millions d’euros et entre dans le cadre de la dotation de 2,5 milliards d’euros des « dépenses accidentelles et imprévisibles » du PLFR.

Une prime pour les soignants

La deuxième version du PLFR prévoit une augmentation des dépenses exceptionnelles pour la santé. Auparavant prévu à deux milliards d’euros dans le premier PLFR, le budget alloué à l’achat de masques et de matériel est aujourd’hui prévu à huit milliards d’euros. Il comprend alors des primes pour les soignants ainsi que des mesures concernant le jour de carence et les indemnités journalières.

C’est en mai que sera versé une prime exceptionnelle de 1 500 € aux personnels de services de santé dans les départements les plus atteints par l’épidémie de virus Covid-19. Les personnels ayant accueilli des patients atteints par le virus recevront également cette prime, qui est nette d’impôts et de charges sociales. Pour les autres personnels de santé, ils recevront également une prime, cette fois-ci de 500 €.

L’ensemble des personnels de services de santé bénéficieront d’une majoration de 50 % des heures supplémentaires effectuées. Cela représente environ 600 € par personne pour une majoration exonérée d’impôts et de charges sociales.

Ces aides représentent environ 1 000 à 2 000 € perçus par agent et leur valeur totale est estimée à 1,3 milliard d’euros pour l’État.

 

 

Trouvez l’expert le plus proche de chez vous pour vous accompagner.