Le mercredi 1er juillet dernier, la Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques (DREES) a publié son dernier baromètre d’opinion. Les principaux sujets d’études sont la qualité des soins médicaux, le niveau de protection sociale, la hausse des dépenses de santé et les compétences en matière de solidarité.

Des niveaux de satisfactions variables concernant la qualité des soins médicaux 

Selon les types de structures, on observe des niveaux de satisfaction changeant avec :

  • 85 % qui se disent satisfaits des infirmiers et des médecins généralistes
  • 77 % le sont des dentistes et des médecins spécialistes en ville
  • 65 % sont satisfaits des cliniques privées et les maternités
  • Le taux de satisfaction s’est abaissé à 69 % pour la qualité des soins dispensés au sein des hôpitaux publics avec un taux de 46 % pour les soins procurés par les urgences hospitalières.

« La santé n’a pas de prix » : Une hausse des dépenses de santé légitime

Avant la crise sanitaire liée au Covid-19, 7 Français sur 10 estimaient qu’il était « normal » que « les dépenses de santé augmentent », déclarant qu’« il n’y a pas de raison de les limiter car la santé n’a pas de prix ».

Cependant, 80% des interrogés pensent que les « dépenses de santé sont trop élevées », cela, du fait d’un « système [qui] n’est pas bien géré ». Cette proportion a baissé de 6 points depuis 2013.

Protection sociale ou déficit de la Sécu ?

Concernant le niveau de protection sociale, une étude de 2019 montrait que 71 % des répondants jugeaient que le système de protection sociale fournit un niveau de protection suffisant.

Aussi, 61 % d’entre eux privilégiant de maintien du niveau actuel des prestations sociales et des remboursements d’assurance maladie, au profit de la réduction du déficit de la Sécurité Sociale. Un pourcentage de 9 points de plus qu’en 2015.

La solidarité, une affaire d’État ?

Plus de 60% des sondés estiment que la solidarité doit avant tout « être l’affaire de l’État, des collectivités locales ou de la Sécurité sociale ». Cette proposition a augmenté de 19 points par rapport à 2013.

Dans un même temps, ils sont 28 % à déclarer que la solidarité devrait reposer en premier lieu sur les individus et les familles, contre 43% en 2013. Cette opinion est plus marquée chez les cadres agriculteurs, artisans et commerçants ( avec plus de 30 %) qu’au sein des autres groupes sociaux tel que les employés et les ouvriers notamment (près de 25 %).

 

Trouvez l’expert le plus proche de chez vous pour vous accompagner.