Une escroquerie basée sur l’existence de faux numéros d’immatriculation de la Sécurité Sociale a été découverte depuis quelques mois. Ces numéros de Sécurité Sociale permettraient à certaines personnes de prétendre à des aides sociales massivement, et de manière indue.

En décembre 2018, le magistrat spécialisé dans la fraude fiscale et sociale, Charles Prats, estimait à 14 milliards d’euros l’escroquerie aux numéros de Sécu. Selon lui, 1,8 millions de numéros de Sécurité Sociale seraient basés sur des documents frauduleux.

Ce mercredi 5 juin, le Sénateur centriste du Pas de Calais Jean-Marie Vanlerenberghe a présenté son rapport concernant cette fraude. Selon lui, elle s’élèverait « seulement » à entre 200 et 800 millions d’euros, somme qui est très loin des chiffres annoncés par le magistrat en décembre dernier.

Dans son rapport, le Sénateur insiste sur le fait que la façon de frauder a clairement évolué et est de plus en plus sophistiquée. Pour limiter au maximum cette fraude, il recommande tout particulièrement de privilégier les inscriptions en présence physique du demandeur, et de n’accepter que les documents originaux.

Après la sortie de ce rapport, le magistrat Charles Prats a contesté ces chiffres, en affirmant qu’il y aurait 2,35 millions d’ « identité fictives », ce qui représenterait 14 milliards d’euros de fraude. L’intégralité de l’interview est disponible ici.

 

Trouvez l’expert le plus proche de chez vous.