Cela fait plusieurs années que l’on note une baisse significative du nombre d’organismes de complémentaires santé de l’ordre de 30 à 50 par an, au même titre que les organismes d’assurance en règle générale. 

Entre 2016 et 2017, 18 organismes ont disparu, assurance, mutuelles et institutions de prévoyance confondus. Cette baisse est principalement subie par les mutuelles dont un quart ont disparues depuis 2001, alors que les institutions de prévoyance ont été divisées par 2 sur la même période, et le nombre des sociétés d’assurance n’a quasiment pas baissé.

La moitié du marché est détenu  par 20 des plus grands organismes, bien que beaucoup de petites mutuelles réussissent à résister. La santé qui est le secteur clé des mutuelles représente 85% de leur activité mais en revanche ne représente que 5% de l’activité des assurances.

Alors que le projet de loi voulant généraliser la résiliation des contrats d’assurance à tout moment (après un an) aux contrats santé est actuellement examiné au Sénat, la DREES (Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques) publie un rapport qui fait la comparaison des résultats 2017 par rapport aux 2 années précédentes et ce pour les 3 organismes qui gèrent le marché de la santé.

Depuis le 1er janvier 2016, la généralisation de la complémentaire au sein des entreprises n’a pas modifiée le marché. En effet entre 2016 et 2017 selon la DREES, la part des contrats collectifs est restée quasi stable (de 46% à 47%). Cependant, la masse totale des cotisations collectées a augmenté de 2,7% dans cette même période. Cette hausse est  principalement générées par les contrats collectifs qui ont augmenté de 819,2 millions d’euros, soit une augmentation de 5,0 % alors qu’en individuel la hausse n’a été que de 0,7% soit 145 millions d’euros.

Le marché de la santé est, selon la DRESS, toujours détenu par les mutuelles même si depuis 2001 les sociétés d’assurance commencent à augmenter leur part de marché.

En 2017, les contrats collectifs présentent un rendement de 85%, meilleur que les contrats individuels (seulement 73%). En tout, 79% des cotisations sont remboursées par des prestations.

En comparant les 3 organismes, le meilleur rendement est détenu par les instituts de prévoyance (85%) bien au-dessus de celui des  mutuelles (78%) et celui des sociétés d’assurance uniquement 75%. Cela s’explique en partie par la répartition des contrats au sein des organismes (poids des contrats collectifs).

Les organismes complémentaires ont tous dégagé plus d’excédents en assurance santé qu’en 2016 et 2017, le résultat technique global a atteint 482 millions d’euros.

Concernant les institutions de prévoyance, le résultat était déficitaire. Salon la DREES, l’écart de rentabilité serait dû à la différence de structure entre les contrats individuels et les contrats collectifs selon les organismes.

Trouvez l’expert le plus proche de chez vous pour vous accompagner.