Pourtant prévue pour septembre 2019, l’exonération des cotisations salariales sur les heures supplémentaires et complémentaires a finalement été appliquée dès le 1e janvier 2019. Cette mesure a été mise en place plus rapidement grâce à la loi du 24 septembre 2019, qui portait sur des mesures d’urgence économiques et sociales.

L’exonération s’applique sur la part salariale des cotisations d’origine légale, dues au titre de l’assurance vieillesse et veuvage. Elle s’applique dans la limite de 5 000€ par salarié et par an. La CSG (Cotisation Sociale Généralisée) et la CRDS (Contribution à la Réduction de la Dette Sociale) ne sont pas exonérées et restent dues.

La rémunération de ces heures supplémentaires et complémentaires fait partie du salaire brut, qui sert de base pour la pension de retraite. Ces heures sont donc prises en compte pour la retraite.

Concernant le chômage, c’est la même chose : les heures supplémentaires désocialisées sont prises en compte pour définir le salaire de référence qui permettra de calculer l’allocation chômage. Ces heures sont donc également prises en compte pour le chômage.

Trouvez l’expert le plus proche de chez vous pour vous accompagner.