Le second projet de loi de finances rectificative (PLFR) concernant l’année 2020 a été adopté en Conseil des Ministres le 15 avril dernier. Plusieurs modifications ont alors été annoncées. C’est notamment le cas pour le déficit prévu pour 2020, beaucoup plus important. En effet, lorsque le LFR 1 prévoyait -3,9 % de déficit, la deuxième version en prévoit – 9 %. Comment cela est-il possible ? Tout simplement de par les mesures exceptionnelles liées à la situation sanitaire.

Pour revenir sur cette crise sanitaire, le PLFR est essentiellement composé de diverses mesures prévues pour faire face à l’épidémie du virus Covid-19.

La première version du PLFR voit ses mesures amplifiées avec 110 milliards d’euros dorénavant destinés au plan d’urgence de soutien de l’économie lorsque 45 milliards d’euros étaient prévus mi-mars.

Les dispositifs d’urgence

Le déconfinement ayant débuté le 11 mai, l’activité partielle et les fonds de soutiens aux Très Petites Entreprises (TPE) ont été largement sollicités. C’est pourquoi le PLFR prévoit :

  • un abondement au dispositif exceptionnel de financement de l’activité partielle
  • un abondement au Fonds de soutien des entreprises les plus en difficulté

Un dispositif exceptionnel en fonds propres et en prêts

C’est un autre dispositif prévu par le PLFR 2020 : les entreprises stratégiques misent en mauvaise posture par la crise sanitaire bénéficieront de :

  • 20 milliards d’euros de crédits pour le renforcement des fonds propres
  • 1 milliard d’euros pour le Fonds de Développement Économique et Social (FDES)

 

Ce dispositif est complémentaire des 300 milliards d’euros de garantie de l’État sur les prêts accordés par les établissements de crédits aux entreprises françaises.

 

 

Trouvez l’expert le plus proche de chez vous pour vous accompagner.